Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2015

Vraie vie et réseaux sociaux

Cette idée d'article m'est venue alors que j'étais dans le métro et que je regardais autour de moi les personnes qui m'entouraient, la plupart d'ailleurs jouant avec leur téléphone. Étant moi-même assez accro aux réseaux sociaux, je suis relativement au courant des soi-disant dernières tendances. Et là alors que j'arborais les Arizona de Birkenstock que l'on voit partout sur les blogs et Intagram, j'ai vu que j'étais la seule avec ce type de chaussures, pareil, pas une paire de Stan Smith à l'horizon ni les Rockstuds de Valentino (et encore moins de sacs Chanel et consorts).

Bref, je me suis posée la question de la vraie vie et des réseaux sociaux ?

Ces réseaux nous donnent l'impression d'un monde parfait et de vivre dans les pages d'un magazine : intérieurs nickels, plats photographiés et merveilleusement présentés, enfants dans la lignée des Triplés avec vêtements impeccables et mamans à la lignes de mannequin. Bref, est-ce cela la vraie vie ? Que font tous ces gens pour être si bien, si minces, si bronzés, en vacances dans des lieux de rêves.... Et surtout que veulent-ils prouver avec leur soi-disante vie en papier glacé ?

Leur quotidien est-il si banal qu'ils veulent le glamouriser à tout prix ! On a parfois l'impression qu'ils deviennent des acteurs dans leur propres vies et que tout est flouté et filtré.

Allez avouons le, notre quotidien est fait d'imperfections, de tâches sur les vêtements, de boutons sur le visage et de rides pour certaines, d'épilations imparfaites, de cuisine faite à la va-vite et de repas servis à même la casserole ou encore de pizzas réchauffées vite-fait, j'en passe et des meilleures !

Instagram.jpg

J'ai un compte Instagram... je pense qu'il me reflète, les photos ne sont pas parfaites, c'est un fourre-tout de ma vie, j'y partage des bons plans et des choses que j'aime, je ne passe pas mon temps dans les restaurants gastronomiques et dans les boutiques de luxe, j'ai des choses chères, d'autres bon marché. Il n'y a aucun selfie, je déteste ça ! Je n'ai pas des milliers de followers mais ceux qui me suivent semblent avoir la même vie que moi et nous partageons des choses identiques. La vraie vie quoi sans strass et paillettes mais avec du soleil entre les nuages.

IMG_0268.jpg

18/07/2015

La folie Running

Car après avoir dit course à pied, footing, jogging, il faut maintenant dire RUNNING et vous l'avez certainement remarqué, actuellement c'est de la folie, tout le monde y va de sa petite (ou grande) course au profit de telle ou telle cause.... et reverse un pourcentage plus ou moins conséquent à ladite cause (j'ai d'ailleurs noté que certaines courses sont assez chères et ne reversent pas grand chose). J'ai parfois l'impression qu'il y a quelques abus : ainsi une course pour les enfants malades qui se tiendra fin septembre à Paris demande à chaque participant de récolter 200 euros en plus des 10 euros d'inscription ou telle autre demande 70 euros par couple. Les temps sont actuellement durs pour tout le monde et je ne me vois pas quémander tant à mon entourage familial et amical ou encore professionnel même si toute cause mérite d'être soutenue.

Pas un seul diner où un ou une va nous  abreuver régaler de ses exploits ! Tout le monde court, qu'on se le dise, le matin très tôt, le midi à l'heure de la pause, le soir..... Et si on ne court pas on est presque un alien !

Moi, je cours un peu, à peine, et seulement parce qu'on m'a dit qu'il fallait que je fasse de l'exercice, que cela évitait la récidive (ruban rose), je ne le fais pas par plaisir, en tout cas, je n'y trouve encore aucun plaisir, je préfère lire un bon bouquin ou aller au ciné !

Tout ça pour dire que je me suis quelque peu lancée et ai participé à ma 1ère course La Biarosse et comme ça personne ne pourra me traiter de "feignasse" qui ne se bouge pas les fesses. Et puis comme tout le monde, je subis le dikdat du corps qui doit être prêt pour l'été et l'épreuve du maillot de bain !

IMG_0160.JPG

 

Lire la suite

07/07/2015

Snobisme et branchitude

La rive gauche n'a plus la côte, j'observe un curieux phénomène depuis un certain temps : dans la plupart des magazines à la mode ou non, dans les journaux distribués dans le métro, toutes les adresses de restaurants, de bars ou encore de boutiques sont systématiquement dans le 9ème, 11, 18 ou 20ème parfois quand je dis que j'habite Paris 15ème, j'ai l'impression que nous sommes catalogués bourgeois, cathos et familles nombreuses ou encore vieillot. Bref, l'arrondissement où il ne se passe jamais rien.

Ainsi actuellement on ne parle que de la Brasserie Barbès, type même du restaurant branché  où il faut ABSOLUMENT aller pour voir et être vu (et accessoirement pour manger). Les tarifs sont évidemment à la hauteur du lieu (3,40 euros pour un café et 18 euros en moyenne pour un plat). Il semble évident qu'une partie de la population du quartier ne mettra jamais les pieds dans un tel endroit fréquenté par des mannequins anorexiques et des blogueuses !

Il en est de même pour la dernière épicerie La Maison Plisson (bd Beaumarchais) où il est de bon ton d'aller acheter ses yaourts et ses bottes de poireaux ! Toutes les blogueuses influentes y ont été manifestement invitées car cette épicerie a eu droit à multe articles élogieux et photos sur IG, il y a quelques semaines. Attention, je ne dis pas que c'est nul (j'y ai acheté du musli et du chocolat), mais pourquoi tant de bruit pour pas grand chose finalement.

Et pourtant, moi, j'y suis bien dans mon 15ème, pas seulement parce que mes grands-parents y habitaient, ainsi que mes parents au début de leur mariage. Dans le 15ème, je n'ai jamais peur de rentrer tard le soir en passant par une rue déserte. Dans le 15ème, je peux faire mon shopping, on y trouve même des marques assez pointues ! Et je n'ai même plus besoin de passer la Seine pour aller chercher mon bacon et mes scones Marks and Spencer !

 

Dernière découverte :  la boutique-galerie d'Aude Joli Jour (14, rue Bausset) vaut vraiment la peine de passer la Seine (pour ceux qui ne quittent pour rien au monde la rive droite)

IMG_0100.JPG

 

Lire la suite